Archives de l’auteur : Daniel Pinto

Comment nous avons vendu notre camping-car au Paraguay.

Avant de partir pour notre périple, nous avions déjà décidé de revendre notre camping-car sur place. Nous de savions pas comment procéder mais nous savions que c’était possible. L’objectif était d’éviter des frais de retour pour un camping-car que de toute façon, nous ne voulions pas garder par la suite.

Dès les premiers jours de notre périple, nous avions été arrêtés par un paraguayen Angel qui voulait nous acheter notre camping-car. Par la suite, un nombre impressionnant de personnes ont visité notre véhicule. Nous avons même eu le droit à la photo devant le camping-car !

Après enquête, on découvre qu’il n’y a pas de constructeur de cc sur le continent ( à part peut être  en argentine vers Rosario…) Là on se dit, on a une chance de pouvoir revendre facilement le nôtre.

Un an plus tard, nous sommes en Bolivie et  au pied du mur : nous devons commencer à nous atteler sérieusement à ce problème de revente. Nous tentons de reprendre contact avec nos 2 clients potentiels et sérieux : un chilien et Angel notre paraguayen. Après plusieurs tentatives sans succès pour contacter notre chilien, c’est décidé, on file au Paraguay pour rejoindre Angel.

Angel travaille avec les douanes. Il connait bien les formalités pour nationaliser un camping-car. Il a un réseau important de connaissances qui ont les moyens d’acheter un camping-car européen. Nous voilà rassuré. On se dit a ce moment là, que l’on a fait le bon choix…

 

Cependant, nous avions oublié un détail , nous sommes en Amérique du Sud ! Et ici, il y a des règles d’or à respecter.

  1. la notion du temps n’est pas la même qu’en France : il n’y en a tout simplement pas ! Quand vous fixez un rendez-vous, il faut prévoir une marge de plus ou moins une heure. Et après un délai d’une heure, il faut appeler pour s’assurer que la personne va venir ! En gros, il faut pas s’énerver et attendre.
  2. Les affaires se font entre hommes. Karen s’en est très vite rendu compte, vu qu’on ne lui adressait même pas la parole ! Cependant, si votre femme a la larme facile, cela les désarçonnent complètement et peut jouer en votre faveur!
  3. Les négociations se font en dollars et pas en euro. Nous avons bien failli perdre un petit millier d’euros sur un malentendu de ce type !!! Et donc il faut penser à toujours vérifier le cours de l’euro !
  4. Et enfin et plus spécifiquement au Paraguay, les droits de douanes peuvent être excessifs si le véhicule à plus de 10 ans et moins de 30, car il y a des demandes de dérogations à faire ! Dommage, notre véhicule à 11 ans !!

 

Bon, une fois toutes ces règles plus ou moins acquises, nous avons pu trouvé un client, négocié le prix, remplir tous les papiers nécessaires avec l’aide d’Angel.

Voila c’est aussi simple que cela !

Si Noé me lisait, il ajouterai : « Papa, c’est çà l’ironie? »

Pour les futurs voyageurs qui nous lisent, n’hésitez pas à nous contacter pour avoir les infos plus techniques. Justement, en ce moment même, Angel cherche un camping-car pour un ami à lui. Si cela vous intéresse contacter nous et je vous enverrai ses coordonnées. Vous le contacterez de ma part et vous serez accueilli comme des rois. Il vous fera partager son amour pour son pays pendant que les négociations avancent.

 

Best of des paysages Argentins (partie 2)

Voila les dernières galeries du best of Argentin. Cela couvre essentiellement la Patagonie.

Galerie 1

Galerie 2

L’Amazonie vue par Paul

Une fois n’est pas coutume, Paul vous raconte notre séjour en Amazonie, à Puerto Maldonado au Pérou.

On est allé en Amazonie. C’est la plus grande forêt du monde. C’était très joli, mais il faisait très chaud. On a fait une superbe excursion du Lago Sandoval. Notre guide, c’était Carlos, on a marché dans la boue mais heureusement on avait des bottes ! Carlos, il marchait très vite !

Après on est monté dans une barque. On a vu des singes hurleurs et des Saimiris. En espagnol, singes ça se dit « monos »

On a vu une très belle aigrette jaune, bleue et grise.

et aussi une très grande aigrette.

Après on a vu un Hoatzin Huppé qui faisait un bruit bizarre comme ça : pfffffffff (comme si ça soufflait)

Et aussi des petites chauves souris qui dormaient sur leur arbre, pleins de perroquets et des aras qui volaient, des tarentules, un martin pêcheur, un gros lézard,

des bébés caïmans, et Noé, il a dit que les adultes, ils pouvaient être grand comme la barque !

Au retour, on a marché dans la nuit dans la bouillasse et papa a glissé ! J’étais sur ses épaules et ça m’a fait peur. Après, c’est Carlos qui m’a porté. On entendait plein de bruits qui faisaient peur, et Carlos il a même failli marcher sur une tarentule !

Un autre jour, on a pêché des piranhas. On n’avait même pas de cane à pêche, c’était juste un grand fil et au bout on mettait de la viande. Moi, j’en ai pêché 5 avec maman et Noé 2. J’ai regardé les dents et je me suis pas fait mordre, mais le guide Fernando il s’est fait mordre.

Au camping, y avait un grand ara rouge qui était habitué à venir manger ici. Il s’appelle Wako et Manuel, le chef du camping, il m’a donné une grande plume rouge de la queue de Wako.