Archives mensuelles : mars 2017

Un Chili haut en couleurs !

Hola amigos !

Oui, c’est vrai, cela fait un petit moment que nous n’avons pas donné de nouvelles. Il faut dire que le planning de ce dernier mois était plutôt chargé ! Je vous vois sourire mais oui, il nous arrive aussi d’être débordés !

De la Serena à Valparaiso, nous avons longé la côte. Le bleu du ciel se mêlant au bleu du Pacifique. Les goélands et pélicans paradant sur les éperons rocheux.

Et puis, il y a Valparaiso, dit « Valpo » pour les intimes. Là c’est une vraie découverte qui a ravi tout le monde. Au détour des rues  taguées, des maisons roses, jaunes, vertes, des escaliers multicolores, des esplanades avec vues sur les maisons biscornues et pleines de graffitis qui donnent un charme fou à la ville. On part à l’assaut des collines par de vieux funiculaires rouges et verts qui montent inlassablement les 45 collines de la ville et puis on erre à travers ses ruelles jusqu’à ce que la fatigue s’attaque à Paul et nous le rende rouge de colère et d’épuisement !

DSC03350-12283 DSC_3228-12335A Santiago, nous ferons aussi une petite halte. Le métro est une vraie surprise : il a beau être noir de monde, personne ne nous double d’un pas pressé ou grimpe les escalators quatre à quatre. Finalement, le rythme latino américain, ça a du bon ! Nous tombons aussi sur une librairie française : les enfants et moi-même, roses de plaisir parcourrons les rayons avec envie. Le point noir c’est que les prix sont multipliés par deux ! Il faut donc être sage…

Nous avons ensuite, enfin pris l’avion qui nous mena à 4000km des côtes chiliennes, en plein milieu de l’océan pacifique.  L’île mythique de Rapa nui (île de Pâques) nous déroule sa piste d’atterrissage et sous une chaleur tropicale et avec nos colliers de fleurs colorées, nous faisons nos premiers pas prêts à en découdre avec tous ces mystères !

Nous commençons à sillonner l’île et découvrons les premiers sites. Comme la majorité des moais, ceux-ci ont été mis à terre pendant les guerres entre les différents clans qui peuplaient l’île. Bon ok ; c’est sympa mais nous on trépigne :

Paul : « on veut voir des vrais moais ! » Comprenez par là, des moais debout, fiers et le regard lointain, pas ceux qui ont mangé la poussière !

Et finalement, ils sont là ! Sérieux et concentrés sur leur promontoires, ils impressionnent. Noirs  par leur constitution de pierre volcanique, ils portent parfois un pukao (sorte de chapeau) de pierre rouge et donnent au paysage une sérénité et une plénitude qui ne nous lasse pas. On se lèvera même aux aurores pour admirer le lever du soleil sur ce site exceptionnel. Une plage paradisiaque aux eaux turquoise et chaudes nous attend à l’autre bout de l’île. Bref, vous avez compris, on a tout aimé, on a seulement regretté de ne pas pouvoir rester…

DSC03392-12273

DSC_3919-12393DSC03538-12362

J’ai d’abord cru que c’était cette déception qui faisait pâlir Daniel à l’aéroport mais je compris bien vite quand il me dit : « je ne sais pas ce que j’ai fait des clés du camping car ! ».

« Et bien, j’ai les miennes, ton trousseau est sûrement dans un sac ! »

Mais le doute persiste, l’hôtel ne répond pas au téléphone. Heureusement, la personne qui nous a accompagnés est encore là et propose de faire un aller retour à l’hôtel. Pendant ce temps, Noé inquiet qu’on puisse louper notre avion devient blanc à son tour… Daniel réapparaît un quart d’heure plus tard, vert de honte et son trousseau de clés retrouvé à la main et nous allons prendre notre avion au pas de course !

Nous reprenons ensuite le cours de notre voyage et décidons d’un petit détour par l’Argentine où nous passerons un col à 4750m entre les glaciers avec pour décor, ces magnifiques montagnes colorées qui nous avaient tant marqué au début de notre voyage…Sauf que là le mal d’altitude m’ a rendue blanche, grise et même un peu verte !

Maintenant, direction le nord du Chili et son fameux désert d’Atacama…